Suc et Sentenac-Mercredi

, par M.Breillat

Bonsoir à tout le monde,

Mercredi, folle journée, les deux classes ont participé aux mêmes activités, mais pas en même temps, sinon, cela forme des embouteillages et les Ariégeois râlent, et ils occupent des ronds-points. Ce matin, après une vraie nuit de sommeil cette fois-ci, hormis pour les pauvres petits qui criaient "Maman !" au milieu de la nuit sans que celle-ci n’accoure-la mauvaise mère !-, nous avons pris le petit-déjeuner qui malheureusement, ne comporte pas de beurre salé. On sous-estime trop la misère du milieu montagnard. Une certaine enseignante, qui ne manque jamais de revendiquer de pseudo-racines bretonnes, s’est néanmoins abaissée à se nourrir de beurre doux, alors qu’un autre enseignant, qui n’est pas spécialement fier d’être né quelque-part, lui, s’est refusé par principe et par dignité à ingurgiter une telle préparation à peine digne de la margarine. Bref, après avoir pris des forces, les CM2 sont partis essayer les raquettes au Port (gruiiik !) de Lers. Ceci n’était qu’un amuse-gueule avant de participer à une randonnée demain que nous espérons épuisante. C’était également l’occasion pour eux d’écouter les explications éclairées de l’enseignante travaillant au centre sur les différents aspects du milieu montagnard. Bien évidemment, la plupart des termes utilisés, quoiqu’appris en classe il y a une semaine, étaient déjà de l’histoire ancienne. Il faut dire qu’il est difficile d’être attentif lorsque l’on a les yeux, les oreilles, et les mains tournées vers des fragments de neige, des bouts de bois, des brins d’herbe, ou des cailloux qui se révèlent être finalement des déjections séchées d’animaux.
Les CE2, eux, sont partis en direction de la micro-centrale électrique Claude François (pas certain du nom), en suivant des petits chemins, des ruisseaux, des conduites forcées, des inconnus. Tous sont néanmoins rentrés au centre après une sacrée grimpette. Leur endurance force le respect et ils n’auront plus aucune raison désormais de protester si d’aventure vous souhaitez leur faire monter à pied la côte du chemin du petit étang.
L’après-midi, les rôles ont été inversés, et les CM2 ont eu la chance de rencontrer des ânes sur leur chemin. Après avoir échangé quelques mots avec une étonnante facilité, ils ont poursuivi leur chemin.
Le soir, après les spaghettis qui, bien que très bon, n’égalent pas les fameux spaghettis à manger dans la casserole avec leur bolognaise, nous avons eu droit à une petite veillée sur les isards, dont, normalement, vous devez connaître le sens du terme si vous êtes un minimum sérieux. Il est étonnant de constater la proximité entre ces animaux et les élèves qui, eux-aussi, sont en forme le matin, sont en forme le soir, mangent sans serviette, rechignent à se brosser les dents et laissent toutes sortes de traces sur leur passage.
A présent, il est l’heure d’aller se coucher. A demain.

JPEG - 657.4 ko
mer01
JPEG - 571.6 ko
me02